Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Evasion

Evasion

Je crois qu'il n'y a rien de plus banal que mon histoire. Un jour, je suis simplement tombée amoureuse de la lecture. Et disons qu'aujourd'hui, je partage mon amour avec vous.

L'Enfant cheval, Rupert Isaacson.

Publié par Coline sur 15 Mars 2015, 17:31pm

D'abord le résumé : "En 2004, au Texas, Rowan a deux ans quand les médecins diagnostiquent chez lui une forme rare et violente d'autisme, laissant ses parents désespérés. Anéantis, les rêves et projets d'une famille heureuse. Pourront-ils un jour communiquer avec leur enfant ? Seul réconfort aux crises de Rowan : chevaucher avec son père sur Betsy, une vieille jument. Une idée folle traverse alors la tête de Rupert Isaacson. Emmener son fils en Mongolie, l'une des dernières cultures équestres de l'humanité, et un pays où le chamanisme est toujours très présent, où les rapports entre le corps et l'esprit ne sont pas les mêmes que dans le monde " civilisé ". L'Enfant cheval est le récit de leur odyssée, une formidable aventure humaine où, au fil de leurs rencontres avec des hommes et des femmes extraordinaires, un enfant " différent " va reprendre contact avec le monde, avec la vie. Un livre événement qui sort simultanément dans trente pays, un document émouvant sur l'autisme et le handicap, sur ce chemin escarpé que parcourent des familles pour accéder à une relation qui n'est jamais acquise, et qui encourage à imaginer d'autres possibles."

 

Comment j'ai découvert ce livre? Je trainais dans la bibliothèque de mon village, à la recherche d'un livre pouvant être intéressant, pour un concours de travailleur social. J'ai lu le résumé, et j'ai tout de suite adhéré. Il y a des livres pour lesquels on a la certitude qu'ils nous plairont avant même qu'on les ait commencés. Hé bien, c'est ce qui s'est passé pour L'Enfant Cheval. J'ai eu une durée limitée pour le lire, qui était de deux jours, ce qui n'a pas été réellement un problème. 

 

J'ai énormément d'affection pour ce livre, alors je ne serais certainement pas très objective. Mais de multiples raisons ont fait que j'ai adhéré avec cette biographie, et les voici :

Rupert Isaacson, l'auteur, est un parent, et pas un spécialiste de l'autisme. Il nous en parle comme un parent, parfois dépassé, parfois énervé, parfois désespéré, parfois incroyablement heureux. Et cette approche en tant qu'humain, et non en tant que professionel nous permet de comprendre le contexte. J'ai aussi trouvé qu'il expliquait bien les différents traitements qu'ils tentaient, Kristin (sa femme) et lui, pour soigner Rowan.

J'ai aussi apprécié qu'il laisse les moments difficiles à vivre pour lui. L'auteur essaie de montrer au plus près les réalités de la vie auprès d'un enfant autiste, sans essayer de se montrer sous son meilleur jour, comme un parent modèle qui aurait toujours su comment réagir, ce que je trouve très bien. Il ne s'est pas montré en surhomme, mais aussi en parent désemparé et épuisé parfois, et c'est cette faiblesse non dissimulée, sans compter le fait qu'il n'essaie pas de tirer la couverture à lui et redonne souvent toute son importance au rôle de son épouse qui aide à apprécier cet homme. 

Je me suis aussi très rapidement attachée à Rowan, qui (attention, discours de travailleur social en approche) reste un enfant, au delà de la maladie. Si on peut appeler l'autisme maladie. On sent que, même s'il se noie dans des problèmes beaucoup trop importants pour son jeune âge, il est très attaché à ses parents, et au fil du roman, un caractère bien marqué se dessine, au delà des troubles liés à l'autisme. 

Ce livre m'a aidée en de nombreux points, mais notamment à relativiser, sans parler de toutes les connaissances qu'il m'a apportées. La manière simple de parler de Rupert Isaacson le rend accessible au plus grand nombre, sans difficultés. Ce livre soulève aussi de nombreuses questions telles que le chamanisme et ses bienfaits. Je n'y croyais pas avant de lire ces pages, je suis toujours dubitative aujourd'hui, mais il est clair que ces rencontres ont fait un bien fou à Rowan. Ce livre s'attaque donc à des puissances qui nous dépassent. 

 

Je le conseillerai à tous ceux qui ont envie d'en connaître plus sur l'autisme, et de retrouver un peu d'espoir face à cette maladie. Je le déconseillerai à ceux qui sont fermés par rapport à la possibilité d'une puissance supérieure. (Cependant, bien qu'athée convaincue, je n'ai pas été perturbée. Cette famille a simplement des croyances en des forces qui guérissent Rowan.)

Ce roman est une véritable bouffée d'air pur, avec toutes les descriptions de la Mongolie, des escapades à cheval, et d'espoir, qui m'a donné envie de croire en une possibilité que, peut être, des gens ont bel et bien des pouvoirs dont je ne sais rien, et que l'autisme pourra un jour être non pas éradiqué, car c'est une partie de la personnalité de chaque être humain autiste, mais guéri, si tant est que je puisse le dire ainsi. Alors... Bon voyage. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Tu donnes trop envie de le lire meuf, faudra que tu me le passe à l'occasion ! Je te passerai Ways to live forever aussi, pour que tu vois l'enfant qui passe avant la maladie aussi :3 Et Dieu me déteste aussi, il est génial. Tu sais que grâce à moi quelqu'un dont je ne citerai pas le nom a lu les deux? WTLF il a adoré, mais il a préféré DMD. Tu te feras ton avis toi !! :D
Répondre
C
Haha, avec plaisir, dès que je le récupère... j'en suis tombée amoureuse, tu le sais bien.
Et je te promets que je lirais WTLF un jour où je serais genre, super motivée et que je me sentirais de passer un après midi à pleurer :3 Et okay pour DMD. :p

Archives

Articles récents